Alimenter une chaudière à gaz grâce à des bouteilles de gaz

Choisir une chaudière n’est pas vraiment chose facile. Quand on prévoit d’installer ou de rénover son système de chauffage central, il est important d’opter pour le type de chaudière convenable. Ce choix impactera les économies sur la facture et bien évidemment sur le confort. Pour ne pas se tromper, le mieux est de se fier à un comparatif chaudière à gaz, granulés de bois et fioul. Mais quels sont les critères de comparaison ?

 Le coût est un critère fondamental

Si on cherche à comparer  les chaudières. Pour cela, on considère trois points essentiels dont : le prix d’achat, le tarif pour le combustible et le coût d’entretien.

–          Le prix moyen d’une chaudière au gaz varie entre 3 000 et 7000 euros. Quant à la chaudière au fioul, le prix en moyenne est entre 7 000 et 10 000 euros. Si on veut acheter une chaudière à granulés de bois, alors, on doit prévoir un budget de 12 000 à 20 000 euros. Il est à savoir que pour les modèles à condensation mais également pour la chaudière à granulés de bois, on peut bénéficier d’un crédit d’impôt de 30 % ;

–          Actuellement, le bois, que ce soit des bûches de bois, des bois compressé, des bois compactés, etc. est le combustible le plus abordable au marché. Du côté du gaz, le tarif augmente de temps en temps. Pour le fioul, il est basé sur le cours du pétrole donc depuis deux ans, on a constaté une baisse considérable. Pour trouver une proposition intéressante de combustible, on peut se rendre sur le site combustibles-gruchy.fr/

–          En matière d’entretien, la chaudière à gaz est de loin la plus abordable car les prestataires de services sont plus nombreux et la technologie est beaucoup plus maîtrisée par les réparateurs. En revanche, une chaudière au bois à granulés est certainement la plus onéreuse car la technologie est un peu plus complexe.

Le rejet de C02

Aujourd’hui, on accorde beaucoup plus d’importance aux enjeux environnementaux lors de la sélection d’un système de chauffage. Ici, le comparatif ne prend pas en considération l’énergie grise qui se traduit par l’énergie utilisée pour la fabrication et le transport des divers matériels. On se concentre plutôt sur les rejets de C0durant la combustion des différents combustibles (bûche de bois compressé, fioul, gaz). Le bois détient la première place car selon des études, son cycle de COest neutre. Ce qui signifie que lors de la combustion, le bois émet du COqui sera par la suite récolté par les autres arbres qui emprisonneront le C0via photosynthèse. On estime alors que le rejet de C02 pour la chaudière à granulés de bois est nul. Pour le fioul et le gaz, leur rejet de C02 est à quantité non négligeable, ce qui peut vraiment affecter l’atmosphère.

 Facilité d’installation

S’il s’agit d’une rénovation du système de chauffage, alors on doit tenir en compte l’encombrement. Côté installation, les chaudières  au gaz naturel sont les plus pratiques car ils ne sont pas du tout encombrants. En effet, il n’y a pas besoin de stocker de combustible chez soi. Pour ce faire, on installe tout simplement la chaudière au mur ou au sol puis, on la relie à l’arrivée du gaz naturel. Pour les chaudières à granulés et au fioul, c’est une tout autre histoire. On doit joindre la chaudière à un réservoir de combustible. Pour le fioul, ce sera une citerne et pour la chaudière à granulés de bois, ce sera un silo de stockage.